Par Marie J. Jean
Directrice artistique et générale

La spécificité de VOX, centre de l’image contemporaine, est de produire des expositions d’envergure sur des enjeux ciblés en vue de nous engager, collectivement, dans la diffusion de nouvelles connaissances sur l’image et sa pratique. Il me semble nécessaire de préciser que l’image est considérée par VOX dans la perspective du post-média à savoir qu’il s’agit avant tout d’un phénomène – esthétique, technologique, sociopolitique, historique – plutôt que d’un strict médium. D’où la nécessité de faire dialoguer des œuvres photographiques, vidéographiques, multimédias, filmiques avec des documents, des textes ou d’autres disciplines. VOX présente un programme actuel bien qu’à l’occasion, il propose une relecture de projets transhistoriques, c’est-à-dire qu’il observe le passé à partir du présent, avec l’objectif de les inscrire dans une histoire en devenir. Notre parti pris vise donc à dépasser les limites disciplinaires de l’art et ses catégorisations historiques.

Depuis que VOX est propriétaire d’un vaste espace dans l’édifice du 2-22 – avec des salles d’exposition et des équipements de niveau muséal –, depuis qu’il élabore une programmation où un véritable dialogue s’institue entre l’art actuel et l’histoire de l’art, une question surgit : qu’est-ce que VOX ? Nos installations et notre programmation sont comparables à celles d’un centre d’exposition mais notre manière de faire (d’être) repose toujours sur l’autogestion et un travail de proximité avec les artistes. Une des spécificités du centre est d’ailleurs son engagement à long terme avec les artistes et les commissaires d’exposition dans des projets de recherche ciblés et d’envergure. Cela signifie, concrètement, que nous ne présentons pas seulement des expositions mais que nous travaillons avec la majorité de nos collaborateurs pour concevoir, produire et réaliser à long terme une exposition originale, une publication, un fonds documentaire, etc.

VOX est un lieu d’expérimentation, de recherche, de diffusion fondamentalement ouvert et capable (en peu de temps) de se transformer, de s’adapter, en plus de se réfléchir comme institution historique en devenir. Notre nouveau contexte d’intervention peut, a priori, sembler associé au « Quartier des spectacles » – VOX étant localisé dans l’édifice identifié comme étant sa porte d’entrée –, et pourtant ses actions rejoignent bien davantage les divers secteurs associés à la production du savoir, à commencer par les quatre universités montréalaises, incluant leurs étudiants et autres chercheurs. VOX offre en effet une programmation résolument orientée sur la recherche et l’expérimentation en interrogeant les paradigmes conceptuels à l’œuvre dans les pratiques de l’image. Des expositions individuelles proposent une relecture de l’art tant actuel qu’historique tandis que des expositions thématiques nous engagent dans des processus réflexifs. Des expositions jeunesse nous ont permis d’initier un nouveau genre d’activités en arts visuels tout en favorisant le développement de nos publics. Nous laissons par ailleurs une place significative aux artistes d’origine culturelle diverse, incluant des artistes autochtones, qui portent un regard renouvelé sur les phénomènes transnationaux non seulement politiques mais aussi économiques et culturels. Nous avons également entrepris un chantier de recherche portant sur la pratique et l’histoire des expositions qui nous permet de contribuer à l’avancement des connaissances sur ce sujet. Ces lignes directrices ont permis de consolider l’identité du centre laquelle a réellement contribué à inscrire le centre dans un réseau d’affinités artistiques sur les scènes canadienne et internationale.