Sky Hopinka. Dislocation Blues

Sky Hopinka, Dislocation Blues, image fixe, 2017, 16 min 57 s. Avec l’aimable permission de l’artiste.

Sky Hopinka, Dislocation Blues, image fixe, 2017, 16 min 57 s. Avec l’aimable permission de l’artiste.

Sky Hopinka, I’ll Remember You as You Were, Not as What You’ll Become, image fixe, 2016, 12 min 32 s. Avec l’aimable permission de l’artiste.

Sky Hopinka, I’ll Remember You as You Were, Not as What You’ll Become, image fixe, 2016, 12 min 32 s. Avec l’aimable permission de l’artiste.

Sky Hopinka, Kunįkága Remembers Red Banks, Kunįkága Remembers the Welcoming Song, image fixe, 2014, 9 min 20 s. Avec l’aimable permission de l’artiste.

Sky Hopinka, Jáaji Approx., image fixe, 2015, 7 min 39 s. Avec l’aimable permission de l’artiste.

Sky Hopinka, Jáaji Approx., image fixe, 2015, 7 min 39 s. Avec l’aimable permission de l’artiste.

Vue de l’exposition Sky Hopinka. Dislocation Blues, VOX, du 11 février au 29 mai 2021.

Crédit : Michel Brunelle

Vue de l’exposition Sky Hopinka. Dislocation Blues, VOX, du 11 février au 29 mai 2021.

Crédit : Michel Brunelle

Vue de l’exposition Sky Hopinka. Dislocation Blues, VOX, du 11 février au 29 mai 2021.

Crédit : Michel Brunelle

Vue de l’exposition Sky Hopinka. Dislocation Blues, VOX, du 11 février au 29 mai 2021.

Crédit : Michel Brunelle
2021.02.11 - 05.29

Sky Hopinka

Programme

Programme de films d’une durée totale d’une heure.

Dislocation Blues
2017, 16 min 57 s, vidéo HD

Portrait incomplet et imparfait de réflexions sur Standing Rock. Cleo Keahna raconte ce qu’il a vécu en entrant au campement, en y demeurant et en le quittant, ainsi que les difficultés
et la réticence à poser sur le passé un regard lucide et critique. Terry Running Wild décrit son campement et ce qu’il espère
le voir devenir.

I’ll Remember You as You Were, not as What You’ll Become
2016, 12 min 32 s, vidéo HD

Une élégie à Diane Burns portant sur les formes prises par la mortalité, et par l’être, et sur les figures qu’adopte l’esprit transcendant lorsqu’il descend sur les paysages
de la vie et de la mort. Un lieu où de nouvelles mythologies peuvent syncoper un mouvement et un chant déterritorialisés, réifiant d’anciennes voies de réincarnation. Là où la résignation apporte l’espoir d’une opportunité nouvelle, d’une autre façon, d’un retour aux vicissitudes des êtres vivants et à l’ensemble de leurs réfractions.

Visions of an Island
2016, 15 min, vidéo HD

Un ancien Unangam Tunuu décrit des falaises et des sommets, des oiseaux à la dérive et des plages désertées. Un groupe d’élèves et d’enseignants s’amusent et inventent des jeux pour revitaliser leur langue. Un visiteur erre dans une chronique chimérique d’un territoire terrestre et céleste. Ces visions offrent un aperçu d’une île au centre de la mer de Béring.

Kunįkága Remembers Red Banks,
Kunįkága Remembers the Welcoming Song

2014, 9 min 20 s, vidéo HD

La vidéo traverse l’histoire et la mémoire d’un lieu partagé entre les Ho-Chunk et les colons. Site d’un village Ho-Chunk pré-contact situé près de l’actuelle ville de Green Bay, Red Banks est également le lieu d’arrivée de Jean Nicolet en 1634, le premier Européen à débarquer dans ce qui est aujourd’hui le Wisconsin. Des images et du texte servent à explorer cet espace de même que des souvenirs de la grand-mère de l’artiste. Tous les éléments sont autant de représentations d’une mémoire personnelle et partagée, de même que de pratiques et de processus de réminiscence.

Jáaji Approx.
2015, 7 min 39 s, vidéo HD

Enregistrement et approximation d’une relation entre les enregistrements sonores du père de l’artiste et les vidéos de paysages qu’ils ont tous deux traversés, séparément.
La distance initiale entre l’enregistreur et les enregistrements de souvenirs ou de chants, nouveaux et traditionnels, se rétrécit alors que les images s’apparentent de plus en plus à un lien filial. Jáaji est une traduction approximative du terme employé pour s’adresser directement à un père dans la langue Hočak.

Abordant des problématiques liées au territoire, au langage et aux mythologies autochtones, combinant pratique documentaire et film expérimental, ce programme présente cinq courts-métrages de Sky Hopinka, réalisés entre 2015 et 2017.

Biographie

Sky Hopinka

Sky Hopinka (nation Ho-Chunk/bande Pechanga de Luiseño) est né et a grandi à Ferndale, dans l’État de Washington, et a longtemps habité à Palm Springs et Riverside, en Californie, et à Portland, en Oregon. Il travaille présentement entre Vancouver et Milwaukee. À Portland, il a étudié et enseigné le chinuk wawa, une langue autochtone du bassin du fleuve Columbia…

Lire plus