Biobibliographie
N.E. Thing Co.
Œuvres et projets
  Techno Compost
One Canada Video
Instant America
Département ACT et ART
Arctic Circle
Projet Telex
Art in America
Quarter Mile N.E. Thing Co. Landscape
Building Structure
Portfolio of Piles
Bagged Place
Projets de livre
Reflection Lethbridge
Almanach Process Series
Ever Ready
Essais et articles
Glossaire
Crédits
English

Iain Baxter&
projet : N.E. Thing Co.
N.E. Thing Co. 1967-1978  
Cette entreprise conceptuelle fondée par Iain Baxter en 1966, officiellement incorporée en 1969 a été exploitée avec Ingrid Baxter jusqu’en 1978. Les objectifs de N.E. Thing Co. (l’acronyme laisse entendre anything, toute chose) se lisent comme suit dans le document d’incorporation provincial :

i. produire de l’« information sensible »;
ii. fournir des services de consultation et d’évaluation,
dans le respect de choses;
iii. produire, fabriquer, importer, exporter, acheter, vendre et
s’occuper de toutes les façons de choses de toutes sortes.

Cette « personnalité d’entreprise » a permis à Baxter d’organiser sa production artistique dans divers départements – recherche, comptabilité, ACT et ART (Aesthetically Claimed Things et Aesthetically Rejected Things), photographie, impression, COP (copie et plagiat), cinéma, projet et service de consultation – et de diversifier son champ d’intervention dans les domaines de l’environnement, du commerce, des nouvelles technologies de l’époque (le télécopieur et le télex). Le programme esthétique de N.E. Thing Co. reconnaissait non seulement les émotions mais aussi les jugements, les faits, les idées, l’environnement comme des «informations sensibles ». Un artiste, toujours selon ce programme, est considéré comme un producteur d’informations sensibles responsable de les percevoir, de les organiser, de les interpréter et de les diffuser. Le concept de sensitivity information (SI) recouvre également une attitude multidisciplinaire prenant en considération aussi bien l’information sensible visuelle (VSI), sonore (SSI), mobile (MSI) que celle qui relève de l’expérience (ESI). Toujours selon ce programme esthétique, le langage est un mode d’expression privilégié parce qu’il permet d’accéder à des formes d’expériences sensibles qui dépassent la seule relation visuelle aux choses.

L’abondante production de N.E. Thing Co., hétérogène, déroutante et toujours systématiquement marquée par les déplacements et la vie quotidienne des présidents de la compagnie, demeure difficile à délimiter. N.E. Thing Co. a ainsi planifié l’organisation d’expositions personnelles, la réalisation d’un environnement au Musée des beaux-arts du Canada, une expédition dans l’Arctique en compagnie de Lucy Lippard et de Lawrence Weiner, la collaboration à des expositions internationales d’art conceptuel, la réalisation de projets à distance, les services de consultation d’entreprise, le développement d’un programme d’enseignement, la diffusion et la production d’informations sensibles de toutes sortes, la conception de catalogues, l’ouverture d’un laboratoire photographique spécialisé (N.E. Photo Lab) et même d’un restaurant (Eye Sream). La compagnie s’assure également d’augmenter sa visibilité en concevant un logo, de la papeterie officielle et des slogans, en participant à des foires commerciales, en commanditant une équipe de hockey sur glace junior et des spectacles de natation synchronisée, en réalisant des couvertures de livres et de magazines et même l’affiche officielle des Jeux olympiques de Montréal en 1976.